texte
Régis Jauffret
metteurs en scène
Valéry Warnotte
Charlie Windelschmidt
assistants mise en scène
Valentine Spindler
Pauline Kieffer
Isabelle Clément
Hugo Albignac
Fabien André
avec
plus de 250 artistes
scénographie
Camille Riquier
images
Sébastien Durand
direction technique
Cédric Maignen
lumière
Marie Nicolas
coproduction
Théâtre du Rond-Point
Nuit Blanche à Paris 2008
France Culture
La Filature - scène nationale de Mulhouse
Le Volcan - scène nationale du Havre
Le Quartz - scène nationale de Brest
Alliance Française de Washington DC
L'Onde - Vélizy-Villacoublay
Festival de Poche de Hédé
Ville de Cesson-Sévigné
L'Archipel - Fouesnant
Théâtre du Pays de Morlaix
Médiathèque de Quimper
avec l'aide
du Fonds FACE - Etant donnés (performing arts)

création en décembre 2007 à l'Onde à Vélizy-Villacoublay (78), en avril 2008 au Théâtre du Pays de Morlaix (29), en octobre 2008 au Théâtre du Rond-Point à Paris (75), en novembre 2008 au Quartz, scène nationale de Brest (29), en octobre 2009 dans le parc du centre culturel de Cesson-Sévigné (35), en mars 2010 à la Filature, scène nationale de Mulhouse (68), en mai 2010 dans le quartier de Dupont Circle à Washington DC (en français) - avec l'Alliance Française, en octobre 2010 à l'Archipel, centre des Arts de Fouesnant (29), en octobre 2010 à la Médiathèque des Ursulines à Quimper (29), en mai 2011 dans le quartier d'Anacostia à Washington DC (en anglais) - avec l'Alliance Française, en mai 2011 dans le quartier d'U Street à Washington DC (en français) - avec l'Alliance Française, en septembre 2011 à Atlanta (Etats-Unis), avec le Théâtre du Rêve et l'Alliance Française
répétitions en mai 2008 à La Filature, scène nationale de Mulhouse (68), en mars 2010 à la Filature, scène nationale de Mulhouse (68), en mai 2011 à Washington DC - avec l'Alliance Française, en septembre 2011 à Atlanta (Etats-Unis), avec le Théâtre du Rêve et l'Alliance Française, en octobre 2011 au Musée Malraux, Le Havre (avec le Volcan scène nationale) (76)
tournée en octobre 2011 au Musée Malraux, Le Havre (avec le Volcan scène nationale) (76)

Microfictions se présente sous la forme de 500 textes courts, d'une page et demi, 500 fragments de la vie de gens au sein desquels des milliers de personnages évoluent.

Nées d'une même pulsion d'écriture, dans un temps donné et toutes d'un même format, ces histoires courtes racontent avec fantaisie leurs amours, leurs crimes, leurs lâchetés, leurs petits fascismes ordinaires, quelques moments de bonheur ou de félicité parentale…

Un portrait, en forme de galerie, de notre époque : ce qui naît et ce qui meurt en nous et autour de nous, les gens d’aujourd’hui. La réalité n’a qu’à bien se tenir…

Par la voix de ses nombreux narrateurs, l’auteur décortique le genre humain dans toute sa décadence avec un humour dévastateur, et nous offre un véritable acte politique salutaire et jouissif : grâce à lui nous nous sentirons un peu moins seuls face à la Barbarie.

Qui sont ces milliers de gens qui déraillent le réel ? C’est nous. Ceux d’aujourd’hui. Chaos magnifique du style qui, quand il perd connaissance, nous fabrique un plus d’humanité. Mélodique. Une éloquence en « je » qui désire, qui nous fait désirer. Microfictions c’est Babel, sa langue c’est Jauffret.
De cela, il s’agira de tirer une chair, une parole, une pensée peut-être. Ne pas mentir et pourtant faire du théâtre. Avis aux acteurs.

Microfictions c’est la question du tout. C’est à dire du plus petit dénominateur commun à tous ceux qui la vivent, l’époque. Et ce n’est pas rien. La porosité est totale mais les cloisons, ça rassure. Nous sommes tous le voisin d’un autre qui est le voisin du suivant ; et quand il y a un mort c’est, quelque part, le voisin de palier, de chambrée, de rame de train… celui dont on ne connaît rien et pourtant dont on connaît un peu l’odeur, la démarche, le grain de la voix, le silence, le regard. Un flot, Microfictions. Une horde. Une horde qui cherche ce que c’est qu’être humain.